↑ Revenir à ACTUALITES

Atelier d’échanges des élèves Inspecteur d’Administration Pénitentiaire de l’Ecole Nationale d’Administration de Madagascar (ENAM) avec le Comité International de la Croix-Rouge

Dans le cadre de la collaboration entre le Ministère de la Justice et le Comité International de la Croix-Rouge, un atelier d’échanges a été organisé au bénéfice des élèves Inspecteur d’Administration Pénitentiaire de 2ème Année au niveau de l’Ecole Nationale d’Administration de Madagascar. S’orientant vers l’amélioration des compétences et l’optimisation de la performance du personnel pénitentiaire, cet atelier a été réalisé du 05 au 07 mars 2019 à Androhibe Antananarivo. En effet, ces futurs cadres de l’Administration Pénitentiaire seront amenés à occuper des postes de responsabilité et seront à même de mettre en œuvre les connaissances acquises durant leur formation initiale.

Pour la première journée d’atelier, les volets Santé en détention et  Alimentation des personnes détenues ont été abordés. Les présentations étaient axées à la fois sur l’aspect théorique et sur la pratique. Ces deux volets qui constituent une partie essentielle des droits fondamentaux des personnes détenues. Ainsi, il a été exposé la notion de chaîne alimentaire qui implique l’ensemble des évènements, lieux, responsabilités et tâches qui mènent de l’approvisionnement de la nourriture à sa distribution. Une présentation d’autant plus importante vue la mise en place de la nouvelle diète carcérale dans tous les établissements pénitentiaires de Madagascar à partir de cette année 2019. Dans la même optique, une présentation sur la veille nutritionnelle a été réalisée. Cette veille qui constitue un système d’alerte sur le taux de malnutrition et de mortalité ainsi que l’état des stocks de denrées alimentaires dans les établissements pénitentiaires, et qui permet de lutter contre la malnutrition en milieu carcéral.

Durant la deuxième journée, les thématiques sur les garanties judiciaires et les opportunités de partenariats pour l’Administration Pénitentiaire ont été discutées. Définis comme les droits d’une personne liés à une procédure pénale à laquelle elle est soumise, les garanties judiciaires sont notamment assurés par une relation de travail adéquate entre Administration Pénitentiaire et Administration Judiciaire. Une décision de l’une impactant forcément sur le fonctionnement de l’autre. Sont notamment concernées les notions de présomption d’innocence, d’interdiction de la détention arbitraire et du droit d’être jugé dans un délai raisonnable.

La dernière journée a été consacrée pour l’analyse de deux thématiques. D’une part, une présentation sur le volet hygiène et infrastructures carcérales. Ainsi, les besoins en assainissement, en eau, en désinfection et en dératisation des établissements pénitentiaires ont été décortiqués. L’hygiène qui permet de maintenir de bonnes conditions de détention et de prévenir les maladies en milieu carcéral. D’autre part, une analyse de la gestion de la discipline dans les établissements pénitentiaires et du respect des droits des personnes détenues a été réalisée.  L’objectif étant de maintenir l’ordre en milieu carcéral sans faire usage de violence, cela implique pour le personnel pénitentiaire la prise des mesures préventives. Et les sanctions éventuelles pour les indisciplines des personnes détenues sont notamment le transfert dans un autre établissement pénitentiaire, l’isolement en cellule disciplinaire ou la privation temporaire de visite familiale.

La fin de chaque session a été marquée par des séances de discussions et d’échanges, aboutissant à des questions-réponses.  Des séances encore plus enrichissantes grâce à l’expérience acquises par les intervenants du Comité International de la Croix-Rouge dans leur travail dans le milieu carcéral de nombreux pays. Par conséquent, des expertises et des conseils opportuns ont pu être fournis aux futurs hauts responsables de l’Administration Pénitentiaire.