«

»

Nov 05

Communiqué de Presse: Genève

Genève – Le lundi 03 novembre 2014, Madagascar a présenté son second rapport national au titre de l’Examen Périodique Universel devant le Conseil des droits de l’homme à Genève. Cette soutenance a été l’occasion pour Madame Noëline RAMANANTENASOA, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, Chef de la Délégation, de présenter le second rapport national et d’exposer les progrès réalisés par Madagascar dans le domaine des droits de l’homme depuis la présentation du premier rapport en 2010.
Ladite délégation est composée des représentants des Départements ministériels en charge des Affaires étrangères, de la Justice, de la Santé publique, ainsi que de la Population. Ce rapport a été élaboré par le Comité interministériel de rédaction des rapports initiaux et périodiques sur les droits de l’homme.

Soixante-douze pays intervenant lors du dialogue interactif ont encouragé Madagascar à poursuivre les efforts entrepris en vue d’améliorer la situation des droits de l’homme dans le pays. Une forte participation de pays africains, au nombre de trente sept, a été observée.
Les Etats ont reconnu et félicité les efforts déployés par le pays dans différents secteurs dont notamment la santé, l’éducation, le travail, la promotion des droits des enfants, des femmes et des groupes vulnérables, la réforme du système pénal et judiciaire malgré la crise qui a secoué le pays pendant 5 ans.
Les Etats ont également exprimé leurs félicitations à l’endroit du pays pour la qualité du rapport soumis et la clarté des réponses fournies à leurs questions.
Le Chef de la délégation a lancé un appel à la Communauté Internationale afin d’accompagner Madagascar dans le renforcement de ses capacités pour la mise en œuvre effective des recommandations issues de cet examen.
Les recommandations acceptées lors de l’EPU devraient servir de base pour l’élaboration des programmes sectoriels de développement afin que les partenaires internationaux puissent mobiliser les ressources financières nécessaires au besoin de redressement du pays.